Fraternité Saint Marc, chaque lundi soir de 19h à 20h, à la paroisse du Moufia

Chaque lundi soir de 19h à 20h, à la paroisse du Moufia, quelques paroissiens (des frères et soeurs en Christ) se réunissent pour mémoriser et chanter la Parole de Dieu selon l’évangile de saint Marc.

Voici l’évangile pour la semaine Marc chapitre 4 versets 35 à 41 :

La Tempête apaisée

Mc 4:35 Et il leur disait en ce jour-là, le soir étant advenu
Traversons vers l’autre-rive !
Mc 4:36 Et laissant la foule ils le prennent avec eux
comme il était, dans la barque
et d’autres barques étaient avec lui.
Mc 4:37 Et advient un grand tourbillon de vent
et les vagues se jetaient dans la barque
au point que la barque se remplissait déjà.
Mc 4:38 Et lui était dans la poupe dormant sur le coussin.
Et ils le réveillent et ils lui disent :
Maître, tu ne te soucies pas que nous sommes perdus !
Mc 4:39 Et s’étant réveillé
il a rabroué le vent et a dit à la mer :
Tais-toi ! Sois muselée !
Et le vent s’est apaisé et est advenu un grand calme.
Mc 4:40 Et il leur a dit :
Pourquoi êtes-vous aussi peureux ? N’avez-vous pas de foi encore ?
Mc 4:41 Et ils l’ont craint d’une grande crainte
et ils se disaient les uns aux autres :
Qui donc est celui-ci que lui obéissent et le vent et la mer ?

« Le soir venu, Jésus dit à ses disciples : passons sur l’autre rive ».
Aujourd’hui, c’est à chacun d’entre nous que ce message s’adresse.
Sommes-nous prêts à aller sur « l’autre rive ».

Ce texte de l’évangile nous invite à l’espérance, malgré toutes les difficultés auxquelles nous avons à faire face. Il nous rappelle que, malgré le chaos et le temps orageux, nous pouvons être en paix et garder notre sérénité parce que le Christ est avec nous… même s’il semble dormir. Le fidèle du Christ est celui ou celle qui invite le Christ dans son embarcation. Aussi longtemps qu’il est présent, les tempêtes même les plus fortes, ne peuvent la faire chavirer. Puissions toujours nous rappeler, au cœur de nos tempêtes que le Seigneur est là et qu’il ne nous abandonne pas.

N’ayons pas peur de « passer sur l’autre rive », là où le Christ nous conduit et où nous le trouverons nous attendant patiemment.

Bonne méditation à vous chers Frères et Sœurs en Christ.